Les ARTHROPODES

 Résumé:
-
vivent cachés: pierres, chaussures, couvertures, vêtements...
-chasse NOCTURNE, mais n'attaque pas l'homme...
-un seul point de piqûre
-actifs à la saison chaude
-2à3% des piqûres sont mortelles (sujets faibles,enfants et vieillards)
-Piqûre plus dangereuse en début de saison chaude (fin d'hibernation)
-Les accidents par piqûre de scorpions sont beaucoup plus nombreux que les accidents par morsures de serpents
-inutile de chauffer l'orifice de morsure (cigarette), les venins sont thermostables.
-Conduite à tenir: calmer le sujet, l'allonger.On peut prendre du café fort. nettoyer soigneusement la plaie (dakin ou eau savonneuse) et évacuer la victime dès la survenue de l'accident. Bander serré (pas un garrot) avec une bande de crêpe et immobiliser le membre.
Le traitement médical à ce stade est essentiellement symptomatique, selon les signes: adrénaline, corticoïdes, antalgique, anti-inflammatoire, peuvent se concevoir, à condition de ne pas retarder davantage l'évacuation.

Mesures préventives:
Eviter d'avancer ou de plonger la main à l'aveugle à l'occasion de toute cueillette ou ramassage au sol, ou dans un sac, une housse, un récipient.
Nettoyer les zones de couchage et de repos, utiliser des gants pour ramasser du bois et les travaux de débroussaillage, suspendre les vetements et chaussures, celles-ci secouées et retournées avant utilisation.
Ne pas marcher nu-pieds, même à l'intérieur des habitations.


Les scorpions sont les seuls arthropodes venimeux au Sahara.
On trouve une trentaine d'espèces en deux grandes familles , les Buthidés et les Scorpionidés;
une douzaine d'espèces causent des accidents, trois peuvent être mortelles, toutes trois de la famille des Buthidés:
 Androctonus australis, "scorpion jaune à queue très large"
Trois sous-espèces existent: Androctonus australis australis: entièrement jaune, A.australis lybicus: metasoma distal et telson noirs, A.australis hector : metasoma distal and telson bruns.

Il existe en Algérie, Tchad, Egypte, libye, Mauritanie, Somalie, Soudan, Tunisie mais pas au Maroc, et pas au sud d'une ligne aproximative Ghardaïa-Ouargla-Ghadamès.

habitats secs/régions désertiques, ubiquitaire
De coloration jaune, il mesure jusqu'à 10 cms et possède une queue très large surtout le dernier segment.
 
 Leiurus quinquestriatus.
Très dangereux également pour l'homme.
Il existe en Algérie, Tchad, Egypte, Ethiopie, Libye, Mali, Niger, Somalie, Soudan, Tunisie.

habitats secs/régions désertiques, mais pas dans les dunes
pas rare près des habitations
 
 Buthacus arenicola,  

Androctonus mauretanicus et A.mauretanicus mauretanicus semblent également dangereux .
Scorpio maurus, seul représentant saharien des Scorpionidés, n'est pas vraiment dangereux pour l'homme (seulement "douloureux" !) ; il se différencie par une taille plus faible (< 7 cms) et une queue fine. Vivent de l'atlantique à la mer rouge, y compris dans le haut Atlas.

Pour les espèces les plus dangereuses, les accidents mortels interviennent surtout chez les sujets plus faibles (2-3% des piqûres) : l'enfant et le vieillard.
Les accidents par piqûre de Buthidés sont beaucoup plus nombreux que les accidents par morsures de serpents; par ex.en Tunisie, plus de 100 décès par an seraient dûs aux scorpions.
venins plus complexes et aussi actifs que ceux des serpents les plus dangereux (neurotoxiques et/ou hémolytiques)
Piqûre plus dangereuse en début de saison chaude (fin d'hibernation)

UN SEUL point de piqûre (deux pour les serpents)
signes cliniques: surtout de neurotoxicité;
intense douleur au point de piqûre, transpiration, salivation, étouffement, puis hypertension, contractions musculaires involontaires, accélération du pouls, mort possible dès 45 minutes, ou après un 1/2 à 1 jour 1/2 par arrêt cardio-respiratoire dans un tableau de vomissements et diarrhées et d'hypotension.

Quelques conseils (questionnez un médecin dans un centre de médecine du voyage: voir liens sur la page d'accueil santé): aspivenin immédiat (pas réellement efficace, mais concourt à rassurer un peu le sujet!), désinfecter la plaie (nettoyage soigneux au dakin ou à l'eau savonneuse), calmer le sujet, l'allonger, café fort, traitement médical essentiellement symptomatique (ex. soutenir la tension artérielle, atténuer la douleur, et corticoïdes adjuvants )
et JOINDRE UN HOPITAL LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE (mesures de réanimation et actions spécifiques comme la sérothérapie par ex.).